VIVRE NATURELLEMENT - Hygiène et Santé
VIVRE NATURELLEMENT - Hygiène et Santé
VIVRE NATURELLEMENT Manger sainement Alimentation et santé livres et ebook
 VIVRE NATURELLEMENT Manger sainement        Alimentation et santé livres et ebook   

LE  RIRE pour se bien porter     Robert et Pulcherie BRUTE

 

A LA RECHERCHE D'UNE BONNE MANIÈRE DE RIRE

    Sans vous infliger es développements oiseux, souffrez que je vous dise qu'il y a le rire aux dépens d'autrui et le rire anti désespoir. Le premier est négatif, destructeur, démoniaque. Le second est positif, constructeur, divin.

    C'est la deuxième manière que nous faisons nôtre ici. Je ne veux pas rire des ennuis, des maladresses, des infortunes de mes semblables, de mon prochain en particulier, mais rire avec bienveillance et affection des travers de l'espèce humaine – donc de mes travers – des situations cocasses, comiques, que nous provoquons par nos imperfections, nos naïvetés, nos préjugés, nos ignorances, nos insuffisances, notre grégarisme, notre chauvinisme, notre égoïsme, notre vanité, notre orgueil, nos craintes, nos peurs, nos superstitions de tous ordres. En ai-je oublié de nos travers ? Je vous laisse le soin de compléter l'énumération. Mais c'est de ce rire-espérance que je veux me réjouir et me fortifier, rêvant de projeter nos misères, nos défauts, sur l'écran de l'humour et du pur comique, pour enseigner la bienveillance et le renoncement aux chimère, la douceur des divertissement sains, la tendresse amusée et la vraie joie des livres enfants de Dieu.
    La joie licite annonce la satisfaction de vivre et d'agir.  « Partout où il y a joie, nous dit Bergson, il y a création, plus riche est la création, plus profonde est la joie ».
    Cela signifie-t-il que la moquerie doive être bannie ?
    Mais qu'est-ce que la moquerie ? C'est l'action de tourner en ridicule quelqu'un. C'est donc sous cette forme un manquement à la charité, à l'amour.
    Mais plutôt que de raisonner essayons de juger sur pièces. Voici une anecdote dont j'ai été témoin.
    Madame Racinin frise la cinquantaine et porte pesamment verres grossissants et bonne bedaine. On n'y prêtait pas tellement attention, mais, sans doute travaillée par le retour physiologique, à moins que ce ne fût la tension, elle apparut un jour le cheveu violet et le teint blême.
    Ah ! Quelle aubaine pour le voisinage, cette transformation de plumage ! Madame Grenier impitoyable dit que l'effet était saisissant. Une autre voisine peu aimable lança : « C'est peu appétissant ».
    Et les éclats de risée exploitaient le ridicule de cette forte personne sans forte personnalité qui ne se doutait point des rires qu'elle soulevait. Ah ! Mais, c'est si intéressant de se moquer avec des tiers des gens que l'on connaît. La présence d'autrui excite l'impertinence. « Non, mais regardez-la, elle a perdu la tête la malheureuse ; elle ressemble à un pot à tabac sur lequel on aurait renversé un encrier. Un encrier violette. Elle devrait poser pour Picasso comme songe de malade du ciboulot ou comme cétacé phénoménal ». et monsieur Grinier qui a des lettres d'ajouter : « C'est une vraie truie du troupeau d'Epicure. Ma parole elle doit être amoureuse et une matrone amoureuse mérite bien qu'on s'en amuse ! »
    Eh bien ! J'avoue ne pas m'être amusé, ne pas avoir ri. Certains écarts de l'âge mûr m'affligent, et il ne m'a jamais été possible de m'en divertir, ni Pulvérise non plus. Et puis j'ai plusieurs fois noté que « la pelle se moque du fourgon ». Ah ! le proverbe est vrai, mais le fourgon-moqueur s'il sait observer la pelle ridicule, ignore toujours son état de fourgon !
    Sans qu'il soit nécessaire de creuser davantage le problème, s'il est utile de provoquer les occasions de rire, il faut donc rejeter le rire qui traduit la joie de nuire, joie moralement illicite puisqu'elle est négative, destructrice donc malfaisante pour les autres et nous-mêmes !
    En revanche, il est bon de cultiver la moquerie dans le dessein de «  corriger l'homme en le divertissant ». nous touchons là au bienfait social du rire qui ne se manifeste plus aux dépens de quelqu'un, mais au bénéfice du  plus grand nombre.
    La comédie en donnant la représentation synthétique des mœurs, des caractères et des ridicules d'une époque, d'une génération, d'une catégorie sociale ou des membres d'une profession contribue à guérir les uns et les autres de leurs travers et à tout le moins de leur en faire prendre conscience.
    Ainsi notre Molière a rendu un insigne service à la religion en raillant les faux dévots, hypocrite, coquins, menteurs, habiles à se servir du manteau de la piété pour donner libre cours à leurs vices ou poursuivre leurs sombres desseins.

    Goûtez ces échantillons. Tartuffe accroché par Dorine veut lui donner une leçon de maintien honnête, alors qu’un peu plus tard ce même Tartuffe proposera à la femme de son bienfaiteur de commettre l’adultère ; mais Dorine déjà perce l’hypocrite :
    
    -Tartuffe.
    Ah ! Mon Dieu, je vous prie,
    Avant que de parler, prenez-moi ce mouchoir.
    -Dorine.
    Comment ?
    -Tartuffe.
    Couvrez ce sein que je ne saurai voir.
    Par de pareils objets les âmes sont blessées,
    Et cela fait venir de coupables pensées.
    -Dorine.
    Vous êtes donc bien tendre à la tentation,
    Et la chair sur vos sens fait grande impression !
    Certes je ne sais pas quelle chaleur vous monte,
    Mais à convoiter, moi, je ne suis point si prompte,
    Et je vous verrais nu du haut jusques en bas
    Que toute votre peau ne me tenterait pas.

    Comme on comprend la sage et fine Dorine ! Ajoutez à cela que l'espèce faux-dévot n'est pas faite d'Adonis ; rien dans leur morphologie n'est en mesure de provoquer le grand frisson, et on ne courrait pas grand risque à parier qu'aucune Vénus de ce temps ou d'un autre ne voulut quitter l'Olympe ni quoi que ce fût pour suivre un spécimen de cette sorte dans ses chasses !
    Donc voilà une source de gaieté à exploiter. Et nous rirons aussi sans retenue de la vanité d'autrui tenue en échec, du trompeur trompée, du voleur volé. Mais écoutons l'histoire de Dorante et de Philinte.
    Dorante avait la réputation d'être un fort honnête homme. Collaborateur modèle, il jouissait de la confiance de ses patrons. Cependant cet honnête homme, responsable d'importants stocks de tissus effectuait régulièrement des prélèvements substantiels de coupons et maquillait habillement les écritures. Puis quand il disposait d'un lot suffisant, il l'écoulait auprès d'un revendeur.
    Il fit connaissance dans ce milieu spécial d'un certain Philinte. Celui-ci offrit un prix bien supérieur au cours habituel. Philinte tint à prendre aussitôt quelques pièces qu'il paya comptant.
    - Je vais le montrer à ma femme, dit-il, c'est elle qui s'occupe de ça, pour moi c'est la « finance » qui me concerne. Quand elle saura de quoi il s'agit, elle viendra t'enlever tout le reste. D'ailleurs, si elle n'était pas passée jeudi en huit au plus tard appelle-moi ; voici mon numéro de téléphone et adresse de mon entrepôt.
    Le mardi suivant, Madame Philinte arriva au volant d'une belle camionnette. Elle venait prendre livraison de la « marchandise ».
    - Mon mari viendra demain vous régler. Et puis il vous parlera d'une affaire du tonner. Tenez voici notre numéro de téléphone et l'adresse de …
    - Je l'ai, je l'ai...
    Bonnes affaire et une autre sensationnelle en perspective. Dorante se frottait les mains. C'était un malhonnête homme comblé.
    Toutefois le lendemain Philinte ne vint pas … ni les jours suivants non plus.
    Dorante appela au téléphone. « Ce numéro n'existe pas », lui fut-il répondu.
    Il se rendit alors à l'adresse indiquée. C'était une entreprise de pompes funèbres !
    Une forme du comique dont nous devons user et abuser – pourquoi pas ! - c'est celle qui s'exprime dans les calembours et jeux de mots pourvu que ce ne soit pas aux dépens des honnêtes gens.
    Essayons dès maintenant de voir ce que cela donne, non point les honnêtes gens, mais les bons mots.

 

                                                        E.A.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© 2017 by Robert ANDREANI et Éditions ANDRILLON 02200 Soissons Tout droits de reproduction et de traduction réservées pour tous pays.

Appel

Email