VIVRE NATURELLEMENT - Hygiène et Santé
VIVRE NATURELLEMENT - Hygiène et Santé
VIVRE NATURELLEMENT Manger sainement Alimentation et santé livres et ebook
 VIVRE NATURELLEMENT Manger sainement        Alimentation et santé livres et ebook   

LES POUVOIRS de  L'ARGILE: Sol et sous-sol

        Il n’est pas inutile avant de traiter plus spécialement de l’argile de rappeler ce qu’est exactement, d’une part le sol, c’est-à-dire cette couche assez mince des terrains agricoles, entamée par les instruments aratoires et qui sert directement à la végétation de la plupart des plantes herbacées, et d’autres part le sous-sol.
          C’est par le circuit incessant des eaux que le sol s’est formé. Evaporation à la surface des océans et des mers sous l’action du soleil, transport par les vents des vapeurs d’eau sous forme de nuages, condensation en pluie ou neige sur les continents. Et ce sont ces précipitations répétées pendant des millénaires et des millénaires qui ont pétri et modelé la terre en attaquant les roches les plus dures en les décomposant, en les réduisant, en pulvérisant. Et c’est ainsi que la corrosion des granits fournit, par les quartzs du sable et par leurs feldspaths, des argiles.
         Notons qu’à l’action des eaux ne tardèrent pas à s’ajouter celle des micro-organismes, première manifestation de la vie à la surface de la terre.
         Mais, suivons le professeur Prat pour mieux connaître le sol actif de notre temps. Le savant a pris un peu de terre, l’a déposée sur une lame de verre et a ajouté un peu d’eau. La lame ainsi préparée a été placée sous un microscope. Voici ce qu’il distingua :
          « Des grains de couleur claire, de tailles et de formes très divers, les uns transparents, les autres opaques ; des fragments noirs à contours nets et enfin une masse confuse, brunâtre ou noirâtre empâtant les autres particules. Si nous ajoutons un peu d’acide, nous voyons une partie des grains s’entourer d’un violent dégagement de bulles de gaz, s’agiter vivement dans le champ du microscope, se dissoudre, et finalement disparaître : ce sont des fragments de calcaire.            

           D’autres, par contre, restent inaltérés : se sont des grains de silice, le « sable » au sens strict. Le ciment opaque qui les lie est forme par des colloïdes, c’est-à-dire des substances se trouvant dans le même état que la colle, la gélatine, le blanc d’oeuf, etc., les uns de nature minérale : l’argile ; les autres de nature organique : l’humus, confondus en une même masse. Les fragments noirs déchiquetés sont des débris végétaux ou animaux en voie d’humidification, de transformations en humus. En outre, d’autres éléments solides très divers peuvent exister : micas, amphiboles, etc., en fonction de la nature de la roche.
          « Dans les interstices ou lacunes existant entre ces particules solides, cohabitent les deux éléments fluides du sol : l’air apparaît en bulles brillantes, irrégulières, écrasées, envoyant des digitations entre grains ; l’eau formant sur ces dernières une mince pellicule –
film – retenue par capillarité, et d’autre part imbibant la gelée colloïdale. Cette petite couche liquide semble bien modeste ; elle est cependant essentielle pour toute vie, car c’est en elle que les poils absorbants des végétaux puisent leurs aliments.
          « Enfin, dans le champ du microscope, nous pouvons observer quantité de petits êtres vivants. Les uns, vers protozoaires, larves, constituent la « microfaune » du sol ; les autres, formés de filaments ou de cellules isolées : champignons, algues, bactéries, constituent sa « microflore ».
         Ainsi le microscope nous confirme que le sol est bien une couche vivante, prodigieusement vivante et qui est en quelque sorte la synthèse du minéral, de l’eau et de l’air pour favoriser le développement et l’épanouissement de la vie végétale et animale.
        Mais quand on perce une route, quand on entame une carrière, quand on creuse des fondations on remarque que cette couche de terre végétale varie de quelques centimètres à un ou deux mètres. Au-dessous on trouve généralement des couches parallèles d’épaisseur et de nature différentes, horizontales ou inclinées : c’est le sous-sol. Les matériaux composant ces couches sont appelés roches quelle que soit leur consistance molle, plastiques, sont des roches.
          Ces roches, disposées en couches parallèles, sont dites stratifiées ou sédimentaires parce qu’elles se sont déposées lentement au fonds des eaux. Elles occupent la plus grande partie de la surface des continents et contiennent elles aussi des débris d’êtres vivants.
          Le sous-sol contient aussi d’autres roches formées de masses de cristaux enchevêtrés qui ne contiennent jamais de restes d’êtres vivantes, de fossiles. Ce sont les roches cristallines ou encore éruptives, parce qu’elles résultent de la solidification des laves, matières fondues, roche en fusion provenant des profondeurs de la terre, voire du noyau central.

 

                                                                  E.A.

 

_____________________________________________

 

Nos livres

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© 2017 by Robert ANDREANI et Éditions ANDRILLON 02200 Soissons Tout droits de reproduction et de traduction réservées pour tous pays.

Appel

Email