VIVRE NATURELLEMENT - Hygiène et Santé
VIVRE NATURELLEMENT - Hygiène et Santé
VIVRE NATURELLEMENT Manger sainement Alimentation et santé livres et ebook
 VIVRE NATURELLEMENT Manger sainement        Alimentation et santé livres et ebook   

LES GRANDS REMÈDES HOMÉOPATHIQUES  

par Jacques Hodler

HYDRASTIS                                                             a une action profonde sur toutes les muqueuses  

L'hydrastis est une petite plante vivace de la famille des Renonculacées que l'on rencontre en Amérique du Nord, notamment au Canada, d'où son nom Hydrastis canadensis. On la surnomme aussi « Sceau d'or du Canada » elle croît dans les prairies et terrains ombragés et humides. Cette petite plante donne, en mai et en juin, des fleures solitaires d'un blanc-rougeâtre sur des tiges à feuilles lobées. Le fruit fait penser à celui de la ronce.

C'est le rhizome qui a été utilisé depuis des temps immémoriaux par les Indiens. Cependant, il fallut attendre la fin du siècle dernier pour que les pharmatologues des Etats-Unis l'utilisent pour ses propriétés hémostatiques, toniques et ophtalmiques dues à la présence de deux alcaloïdes, l'hydrastine et hydrastinine.

Les homéopathes commencèrent à l'employer en 1860 après les travaux du dacteur Hastings.

LE SUJET D'HYDRASTIS

     Le sujet de ce remède manifeste une certaine faiblesse, voire une grande faiblessse générale, aussi bien sur la plan physique que psychique. Il peut être déprimé ou débilité et pessimiste. L'amaigrissement est important chez certains malade, suivant le stade de l'intoxication des tissus nerveux.

 

INDICATIONS

 

     Hydrastis a une action profonde sur toutes les muqueuses, qu'ils s'agisse d'une inflammation aiguë ou chronique. C'est le remède des sécrétions devenant visqueuses, jaunâtres, épaisses et filantes.

 

Fièvre

     Elle semble avoir envahi tout le corps, sans cependant que les muqueues de la bouche et de la langue soient sèches.

 

Appareil digestif

 

Bouche :

     langue saburrale paraissant épaissie ; aphtes et herpès.

 

Estomac :

    lenteur de la digestion (dyspepsie atonique) pouvant provoquer la perte de l'appétit ; renvois acides et fétides.

 

Intestin :

     constipation par atonie du côlon avec sensibilité de l'intestin ; selles fractionnées, dures.

 

Foie :

     atonie hépato-biliaire ; engorgement hépatique, ictère ou teint jaunâtre ; congestion du foie (dans ce cas, et surtout pendant l'accès, prescrire Hydrastis T.M. (teinture mère) 30 gouttes trois fois par jour.

Il n'est pas rare que l(on retrouve chez le sujet d'Hydrastis une atonie de l'ensemble de l'appareil digestif, y compris le foie.

 

Anus :

     hémoroïdes ; fissures anales provoquées par les selles dures.

 

Appareil respiratoire

 

Nez :

     coryza avec sécrétion nasale et rhinopharyngée épaisse qui tend à adhérer au rhinopharynx ; bouchons muqueux ou écoulement muqueux, végétations adénoïdes.

 

Sinusite frontale ou maxillaire aiguë ou subaïguë,

     Caractérisée par ses sécrétions nasales aqueuses qui finissent par être excoriantes. Sinusite chronique donnant lieu à des sécrétions visqueuses, jaunâtres et lilantes.

 

Ulcération des amygdales et de la luette

     avec toujours des sécrétions jaunâtre, visqueuses, filantes.

 

Pharyngite, laryngite,

     enrouement et toux sèches, rauque, fatigante ; expectoration difficile.

 

Bronches :

     bronchite avec toux comme ci-dessus et oppression.

 

Appareil urinaire:

     Cystite et urétrite sans brûlures ni douleurs à la miction, mais présence de filaments muqueux dans les urines, qui ont une odeur difficile.

 

Os :

     Douleurs rhumatismales dans les os et les articulations.

 

Oeil :

     Inflammation de la paupière (blépharite) avec sécrétions irretantes, jaunâtres, qui collent les paupières pendant le sommeil.

     Ulcèrations non douloureuses de la cornée.

 

Oreille:

     Ecoulement purulent, visqueux, épais (otorrhée). Mastoïdite.

 

Peau :

     tendance aux excoriations et aux ulcérations avec toujours la caractéristique d'hydrastis (sécrétions visqueuses, jaunâtres, filantes). Peau jaunâtre, teint terreux. Eczéma suintant (sécrétions visqueuses), notamment au bord du cuir chevelu.

 

Nerfs et psychisme :

     Dépression, tristesse chronique, asthénie, découragement, mauvaise humeur, irritabilité.

 

Céphalée :

     maux de t^ete accompagnés de troubles visuels ; la vision semble diminuer proportionnellement à l'intensité de la céphalée.

 

Cancers :

     notamment les épithéliomas, le cancer de la bouche, surtout des lèvres, les nodules et cancer du sein. Symptômes : amaigrissement et asthénie, anorexie, leucorrhée (voir ci-dessous), coliques intestinales spasmodiques (crampoïdes).

 

Organes génitaux :

 

     Femme : métrite du col avec écoulement filant jaunâtre ; leucorrhée jaune, persistante, entraînant le prurit vulvaire avec excoriation et brûlure ; règle abondantes.

     Homme : urétrite avec même écoulement que ci-dessus ; blennoragie ancienne.

 

Seins :

     Fissure du mamelon.

Les symptômes d'Hydrastis sont aggravés par la chaleur, notamment dans une chambre chaude à atmosphère séche, par les forts vents secs, le mouvement, au cours de la digestion chez les dyspeptiques, par l'alcool, par le froid chez les rhumatisants ; ils sont améliorés par le grand air et le repos, par la pression des mains sur les régions douloureuses.

 

Doses :

     4 CH, 5 CH, 6 CH (7 CH dans les troubles de l'appareil digestif et jusqu'à 12 CH chez les affaiblis, les déprimés, les cancéreux).

    

                                                        E.A.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© 2017 by Robert ANDREANI et Éditions ANDRILLON 02200 Soissons Tout droits de reproduction et de traduction réservées pour tous pays.

Appel

Email