VIVRE NATURELLEMENT - Hygiène et Santé
VIVRE NATURELLEMENT - Hygiène et Santé
VIVRE NATURELLEMENT Manger sainement Alimentation et santé livres et ebook
 VIVRE NATURELLEMENT Manger sainement        Alimentation et santé livres et ebook   

 

CUISINE VÉGÉTARIENNE

FAMILIALE NATURELLE

                                                De Robert ANDREANI

  LES MENUS: végétariens et de transitions

     Ainsi que l’utilisateur pourra s’en rendre compte, environ les deux tiers des recettes proposées sont végétariennes.

 

      Mais, nous venons de le souligner, dans le but de permettre à celui qui le souhaiterait le passage à ce type d’alimentation, nous lui proposons notre « régime » de transition. Il s’agit plutôt d’une progression donnée à titre indicatif. Ce n’est pas un régime, au sens propre du mot, à suivre à la lettre. Chacun doit l’adapter en fonction de ses goûts et de ses réactions personnels. Ainsi pourra-t-on augmenter ou même diminuer la durée des étapes proposées, et s’autoriser des retours à l’omnivorisme. La seule règle à respecter serait de ne pas s’infliger des contraintes aussi bien physiologiques que psychologiques.

     Si l’on choisit de modifier son alimentation, c’est avant tout par recherche du mieux-être, et par définition cela ne s’obtient pas du jour au lendemain. On n’y atteint d’ailleurs jamais puisque c’est quelque chose à adapter, à corriger, à vivre jour après jour.

 

Régime de transition :

 

     Pas de changement brutal des habitudes.

     Il faut procéder par étapes, surtout si l’on est un mangeur de viande quotidien.

 

     EXEMPLE :

    1er étape : 1er temps

 

     Une réduction de la quantité de viande à chaque repas : 3 mois

 

     2e étape : 2e temps

     Suppression des viandes et charcuterie au repas du soir. 3 mois

 

      3e étape : 3e temps

     Suppression de la viande 1 fois par semaine aux deux repas. 1 mois

 

      4e étapes : 4e temps

     Suppression de la viande 3 jours par semaine. 3mois

 

      5e étape : 5e temps

     Suppression de la viande 6 jours par semaine. 2 mois

 

    Comme on peu le voir, ce n’est qu’au bout d’un an qu’on pourra devenir végétarien, si on le désir.

     Pour ceux qui souhaiteraient conserver en partie une alimentation carnée, nous croyons utile néanmoins de conseiller l’abandon de la charcuterie. Ainsi que nous l’a confié Luc Dressant, sa fabrication nécessite la plupart du temps l’emploi de conservateurs et de colorants, mais surtout elle est à base de viande de porc dont on connaît la charge de graisses insaturée intracellulaire. Graisse insaturée qui induit les maladies cardio-vasculaire.

 

     Bien évidemment, lorsque nous parlons de suppression de viande, il faut veiller à assurer sa couverture en protéines par des sous-produits animaux (lait et laitages), des céréales ou légumineuses riches en protéines.

     Nous avons choisi, comme base, l’apport énergétique nécessaire à un travail physique faible, c’est-à-dire pour une activité légère telle qu’elle a été observée dans les métiers dits « statiques », tous les métiers de bureau, toutes les professions intellectuelles.

     Ces besoins, d’après les travaux de l’Institut scientifique d’hygiène alimentaire, sont donc :

     Pour la femme, 2400 calories fournies par 75 g de protéines, 50 g de lipides, 400 g de glucides.

     Et pour un homme 2800 calories fournies par 85 g de protéines, 60 g de lipides, 500 g de glucides.

     Rappelons que 1 g de protéines fournit 4 calories, 1 g de lipides 9, et 1 g de glucides 4.

      Il est bien évident que ces chiffres subissent une augmentation notable dès que l’activité physique s’élève. Ainsi, un travailleur de force aura besoin d’une ration calorique de 3500 à 4000 pour couvrir ses dépenses énergétiques. Mais la question est de savoir s’il existe encore beaucoup de travailleurs qui n’utilisent que leur force musculaire pure, étant donné les moyens techniques mis à leur disposition.

     Là encore, ces menus types sont donnés comme exemple. Chacun doit les adapter à son cas mais en veillant toujours à ne pas les déséquilibrer.

 

      2800 ou 2400 calories constituent à notre avis un apport le plus souvent excessif pour un sédentaire au fur et à mesure qu’il prend de l’âge, et notamment à partir de quarante ans.

Chez la plupart des sujets, cette valeur devra être réduite par  une diminution des rations. Le témoin : le pèse-personne. Dès que l’on s’éloigne du poids souhaitable, compte tenu de son squelette faible, moyen ou fort, il est nécessaire de réduire son alimentation en veillant toujours à l’équilibre nutritionnel. Voir à ce propos « L'obésité NON ».

 

                                                        de Robert Andréani.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© 2017 by Robert ANDREANI et Éditions ANDRILLON 02200 Soissons Tout droits de reproduction et de traduction réservées pour tous pays.

Appel

Email